Catalogue des meilleures pratiques

Un des objectifs de l’OSMET est d’obtenir des données probantes pour l’action et la décision en matière d’intervention et l’amélioration de la santé des employés ainsi que de la profitabilité des entreprises. Il est donc important de documenter et de diffuser les meilleures pratiques en santé et mieux-être au travail qui existent déjà dans la littérature scientifique.

Méthodologie : Afin de mettre à jour les meilleures pratiques en matière d’interventions en santé et mieux-être en milieu de travail, nous avons utilisé une méthode de revue systématique des méta-analyses publiées jusqu’à ce jour. Cette méthode systématique nous permet d’évaluer la force des évidences contenues dans les études sélectionnées en se rapportant à la force des effets mis en évidence.

On utilise les feux de circulation pour indiquer la force des preuves scientifiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende: Rouge=Effet faible ; Jaune=Effet moyen ; Vert=Effet fort ; Gris=Aucun effet.

La revue systématique doit être en mesure d’identifier si certaines pratiques touchent plus particulièrement nos sous-populations (les jeunes travailleurs, les travailleurs seniors et les travailleurs immigrants) lorsque cela est le cas, ou bien de renseigner sur les types de professions sur lesquelles les interventions ont été évaluées.

Chaque intervention a été classée selon une typologie élaborée par les chercheurs de l’Observatoire lors de l’étude SALVEO1,2. Le cadre théorique sur lequel repose cette typologie s’appuie sur les grands modèles du stress professionnel englobant les quatre grandes dimensions reliées aux conditions de l’organisation du travail et qui sont associées au développement des problèmes de santé et mieux-être au travail: la conception des tâches, les demandes du travail, les relations sociales et les gratifications.

Les interventions en santé mieux-être peuvent être classées selon les niveaux macro, méso et micro d’une entreprise. Le niveau macro fait référence aux pratiques visant la régulation des risques et les stratégies de communication. Le niveau méso fait référence aux pratiques visant les conditions de l’organisation du travail présentes dans une organisation. Au niveau micro, les pratiques sont axées sur l’individu.

Références :

  1. Marchand, A., Haines, V. Y., Harvey, S., Dextras‐Gauthier, J., and Durand, P. (2016) Health and Stress Management and Mental‐health Disability Claims. Stress Health, 32: 569–577. doi: 1002/smi.2663.
  2. Dextras-Gauthier, J., Marchand, A., Durand, P. & Blanc, M.-E. (2016) Pratiques de gestion et réclamations pour problèmes de santé mentale: Un portrait de six entreprises efficaces de l’étude SALVEO. Rapport, Équipe de recherche sur le travail et la santé mentale (ERTSM), Université de Montréal, Montréal.

 

 

À voir aussi